Près d’un milliard d’être humains souffrent chaque jour de la faim… Et pourtant près d’un tiers de la consommation humaine mondiale, soit 1,3 milliards de tonnes sont jetés chaque année à la poubelle.

Une polémique autour du gaspillage alimentaire a récemment ressurgi dans l’actualité suite au « scandale du pain » déclenché fin avril par des photos de poubelles débordantes de pains à Luxembourg. Le gaspillage alimentaire est le fait de jeter ou de supprimer des aliments encore comestibles. Mais qui adopterait de telles pratiques alors que près d’un milliards d’êtres humains souffrent chaque jour de la faim ?

Et pourtant, au Luxembourg chaque habitant jette en moyenne 115kg de nourriture par an ! Le poids le plus élevé des pays en développement à en croire l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ce gaspillage alimentaire survient tout au long de la chaine alimentaire : des champs à nos poubelles, en passant en passant par les usines de l’industrie alimentaires et la grande distribution. En Europe et aux Etats Unis, ce gâchis se produit toutefois majoritairement au niveau de la consommation. D’après une étude de la Commission européenne, les foyers seraient à l’origine de 42 % des déchets alimentaires européens, suivis de près par l’industrie agroalimentaire (39 %). Problème de riches me diriez-vous, caractérisé par l’abondance alimentaire, le rejet des produits un peu moins appétissants à nos yeux, des normes sanitaires parfois excessives « obligeant » les restos et magasins à jeter leurs invendus mais surtout un manque cruel d’information. Ce phénomène est d’autant plus dramatique que sans gaspillage, tout le monde pourrait manger à sa faim.

La clef du changement des comportements en matière de gaspillage alimentaire réside donc dans une évolution des mentalités, en particulier des consommateurs ! Mais la lutte anti-gaspillage commence petit à petit à s’organiser à tous les niveaux. L’adoption récente en France d’une loi anti-gaspillage alimentaire ou encore l’inauguration en février dernier au Danemark d’un magasin de produits alimentaires « périmés » ne sont que deux exemples pour démontrer la croissante prise de conscience des européens de pallier à ce fléau.

Au Luxembourg, de plus en plus de communes mettent à la disposition des citoyens des poubelles prévues pour le recyclage des déchets organiques qui, une fois récoltés sont valorisés énergétiquement. Des associations récupèrent les denrées alimentaires invendues des supermarchés pour les redistribuer aux personnes à revenus modestes. C’est le cas de l’asbl Den Cent Buttek qui se charge de collecter les surplus alimentaires des grandes surfaces, commerçants et artisans pour les trier et les distribuer à des familles nécessiteuses…

Le monde peut produire assez d’aliments pour nourrir les 6 milliards d’habitants de la planète. Cependant, nombreux sont ceux qui n’ont pas accès à suffisamment de nourriture pour vivre décemment. La faim dans le monde est donc une réalité, mais pas une fatalité ! Mettre fin au gaspillage colossal des ressources sera déjà une bonne solution du problème. L’enjeu réside donc dans l’équilibre, le partage et le non gaspillage des ressources tout autant que de leur volume. Ainsi, gaspiller, surtout de la nourriture, n’est ni écologique, ni inacceptable d’un point de vue éthique. Alors ne perdez pas une miette : achetez mieux, conservez mieux, cuisinez les restes, compostez vos déchets ! Vous pouvez agir à votre échelle pour faire face à ce gaspillage alimentaire mondial. Pour plus d’informations consultez notre site Internet changeonsdemenu.lu et suivez-nous sur Facebook pour un tas de trucs et astuces pour gaspiller moins et ainsi agir à votre niveau à la lutte contre la faim dans le monde.

Cécile Havard

http://www.sosfaim.org

gaspillagefb