A l’approche de la Conférence mondiale sur le climat (COP21), les décideurs doivent enfin accorder à l’agriculture et à la sécurité alimentaire la place qui devrait être la leur dans la lutte contre le changement climatique. Depuis le lancement de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) de 1992, le triple rôle de l’agriculture, tout à la fois un acteur, une victime et une solution au changement climatique, n’a pas été pris en compte.

L’agriculture est une des principales causes du changement climatique : l’ensemble du système agro-alimentaire est en effet à l’origine d’un tiers des émissions anthropiques actuelles de gaz à effet de serre (GES), conséquences de nos modes de production et de consommation. En retour, les aléas du changement climatique (sécheresse, inondation, évènement climatique extrême, etc.) impactent lourdement le secteur agricole. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) prévoit une baisse de 10% des rendements agricoles d’ici 2050 en Afrique sub-saharienne. Dans ces régions, la majeure partie de la population dépend de l’agriculture. Le changement climatique est une réelle menace pour la sécurité alimentaire. Ces paysans subissent d’ores et déjà les aléas climatiques avec, au Sahel en particulier, des saisons de pluies de plus en plus irrégulières, occasionnant des perturbations sur le calendrier et la productivité des récoltes.

Face au changement climatique, le modèle agricole dominant est confronté à un double dilemme : alléger son empreinte sur l’environnement et garantir la sécurité alimentaire d’une population mondiale croissante. Il est donc nécessaire d’enclencher un changement radical du modèle agro-productiviste en faveur d’un modèle agricole durable, diversifié, performant, juste, écologique et à taille humaine.

Pour répondre aux enjeux agricoles et climatiques, l’organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé en 2014 l’approche Climate-Smart Agriculture (CSA). Soutenu par des instances internationales, des grands pays exportateurs agricoles et de nombreuses entreprises privées, le concept CSA englobe de nombreuses pratiques agricoles contradictoires : OGM, engrais de synthèse, pesticides ou encore les pratiques agroécologiques. Ce concept nébuleux inquiète une grande partie de la société civile qui s’interroge sur l’accaparement de ce concept pour servir les intérêts de l’agrobusiness sans remettre en cause le modèle agricole conventionnelle et ses effets néfastes sur le climat et l’environnement et donc sur l’agriculture… L’agroécologie utilisée comme alibis par ce concept « fourre-tout » apparait comme une réelle alternative au modèle agroindustrielle.

L’agriculture familiale et les pratiques agroécologiques : modèle agricole durable

L’agroécologie est une pratique agricole basée sur des techniques et des savoirs traditionnels adaptés à l’agriculture familiale paysanne. Ce modèle agricole durable et à petite échelle permet d’accroitre l’autonomie et la résilience des exploitations agricoles qui, de facto, ne dépendent plus des intrants chimiques et peuvent  diversifier  leur production en fonction du marché local, comme du contexte économique, météorologique, etc.

De nombreuses études ont démontré l’efficacité des méthodes agroécologiques en termes de rendements agricoles. L‘étude IAASTD, commanditée par les principaux organismes impliqués dans le développement (FAO, PNUE, Banque mondiale, etc.) et qui a impliqué des centaines d’experts internationaux, a démontré que certains systèmes agricoles traditionnels et les pratiques agroécologiques sont tout aussi productifs, voire davantage, que l’agriculture conventionnelle. Malgré ses conséquences désastreuses sur l’environnement et le climat, l’agriculture productiviste continue toutefois d’imposer  sa domination qui sert les intérêts de l’industrie agroalimentaire. En effet, les transnationales de l’agrobusiness, omniprésentes au sein du système alimentaire mondial, orientent les politiques agricoles  à leur avantage en maintenant un système de production intensif et énergivore, indispensable à leurs profits.

Une volonté politique forte est donc nécessaire pour changer l’ensemble du système agricole en dépit des pressions des industries agroalimentaires. Face à la menace qui touche la sécurité alimentaire mondiale, la COP21 ne pourra pas ignorer la question de l’agriculture, et aura tout intérêt à la traiter comme étant une partie de la solution pour lutter contre le réchauffement climatique.

La solution se trouve aussi dans notre assiette…

L’alimentation est donc un levier d’action pertinent pour réduire les émissions de GES via une transformation profonde de l’ensemble des filières : production, distribution, conservation, transformation, consommation. En tant que consommateur, nous avons donc un rôle essentiel à jouer pour encourager la transition  vers des systèmes alimentaires durables.

« Les consommateurs doivent comprendre qu’ils participent au sauvetage de l’humanité en achetant des produits durables, c’est à dire des produits issus d’une agriculture certifiée, qui ne causent aucun dommage » déclare Hans Herren, du mouvement Regeneration International.

Afin d’inciter les responsables politiques à prendre leurs responsabilités, nous, citoyens, pouvons d’ores et déjà agir à notre niveau : « Changeons de Menu ! » (campagne de SOS Faim).

La veille de l’ouverture du sommet, des citoyens de tous les pays descendront dans les rues et demanderont aux responsables de tous les gouvernements de s’engager en faveur d’un accord ambitieux à la hauteur des enjeux. Afin de contribuer à cette marche mondiale pour le climat, Votum Klima organise la « Luxembourg Climate Marche »  le lundi 30 novembre. En tant que membre de la plateforme Votum Klima, SOS Faim soutient cette action et invite ses membres à y participer.

Ensemble nous pouvons amener le monde à un accord pour lutter contre le changement climatique. Ensemble écrivons l’histoire, ne la subissons pas, participons à la Luxembourg Climate March le lundi 30 novembre à 18h Place Clairefontaine.

Cécile Havard

http://www.sosfaim.org