Avec plus d’un million de kilomètres carré de superficie et des infrastructures publiques en déliquescence, la République Démocratique du Congo regorge de richesses, notamment minières, sans que sa population (rurale à 85%), soit en mesure d’en profiter. Loin de renoncer, la Société civile s’organise pour affronter la réalité et tenter de l’améliorer, à l’image du CENADEP, le Centre National d’Appui au développement et à la participation populaire.

« Ecrasées par des années de dictature et marginalisées par des mauvaises politiques de développement, il importe que les populations s’impliquent dans des actions directes qu’elles gèrent elles-mêmes et qui leur permettent d’apporter des solutions aux problèmes de la communauté, et en même temps qu’elles prennent la force ensemble et participent aux politiques et aux choix des dirigeants du pays. »

C’est sur la base de cette profession de foi qu’en 1999, l’opposant à la dictature de Mobutu Baudouin Hamuli a fondé cette ONG dans le but de stimuler un développement participatif. Originaire du Kivu à l’Est du pays où il avait déjà fondé ADI Kivu, une ONG d’appui au monde rural dans les années 80, Beaudouin Hamuli fut, à partir de 1990, le premier secrétaire exécutif du Conseil national des ONG de développement de RDC. A l’issue des deux mandats légaux,  il a quitté ce poste et créé le CENADEP avec d’autres militants.

Basée à Kinshasa la capitale, cette ONG agit sur tous les thèmes sensibles, de l’environnement aux droits humains et de la sécurité alimentaire à la démocratie et à la bonne gouvernance.

Depuis 2006, le soutien de SOS FAIM a permis la mise sur pied d’un programme de développement intégré en direction des organisations paysannes de la région  fortement enclavée du Bas-Fleuve.

La mise en relation de zones déficitaires et excédentaires

Outre un accès amélioré à des services financiers adaptés à leurs besoins, le programme s’attèle à désenclaver les producteurs et à les rapprocher des marchés. Pour ce faire, le CENADEP a mis à disposition des organisations paysannes partenaires un camion de 14 tonnes et instauré un réseau de cinq centrales de service dont deux dans le Bas Congo (Kinshasa et Boma). Véritable pôles logistique, ces centrales ont pour mission de coordonner l’acheminement des productions agricoles depuis des zones où les denrées périssables étaient couramment perdues, faute de moyen de transport !

Ainsi, l’écoulement de l’excédent alimentaire vers les agglomérations non seulement stimule les productions locales, mais en plus améliore l’approvisionnement des villes où les chefs de famille  peinent à nourrir leur foyer. Dans le fragile contexte de la RDC, la sécurité alimentaire est un enjeu clef du développement : l’introduction d’un simple et unique camion permet la mise en relation de zones excédentaires avec des zones déficitaires. La coordination des centrales assure une optimisation des trajets et les paysans ne laissent plus perdre les fruits de leur travail.

« Le camion va nous aider à mieux commercialiser nos produits car c’est une des réponses à un problème majeur qui a causé notre échec lors du crédit que nous avait accordé la COOPEC (Coopérative d’épargne et de crédit) et que nous n’avions pu rembourser faute d’avoir pu vendre la totalité de notre production », déclare ce membre d’une organisation paysanne bénéficiaire.

En amont, le CENADEP a installé des Comités locaux de développement dont la mission  est d’inciter les jeunes à s’impliquer dans les actions de développement de leur cité.  Pour le CENADEP, les améliorations techniques ne sauraient suffire et le plaidoyer, tant au nord qu’au sud, apparaît comme un ressort fondamental de la transformation de la société.

Pour autant, tous les obstacles ne sont pas levés ! L’un des problèmes majeurs reste l’acheminement des productions depuis les champs jusqu’à la route principale, la seule à être asphaltée. Les paysans doivent encore se débrouiller tant bien que mal pour transporter leurs denrées jusqu’aux sites d’enlèvement par camion, ce à quoi le CENADEP ne saurait remédier, la construction de route demeurant du ressort de l’Etat…

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to Yahoo BuzzAdd to Newsvine